Sécurité routière
Haut de page

La route se partage en pays de Vitré !

La route se partage

Pour sensibiliser cyclistes et automobilistes au partage de la route, le Département lance ce mardi 26 mars à Marpiré, la 3e édition de l’opération « La route se partage ». Le message est simple et direct : "Je double, je m'écarte d'1,50m".

Pour sensibiliser aux bonnes pratiques de partage de la route entre cyclistes en automobilistes, le Département d’Ille-et-Vilaine s’associe depuis 2017 à l’opération initiée par les services de l’Etat « La Route se partage ».

Cette nouvelle édition organisée sur le territoire de l'agence départementale de Vitré fait suite à celles organisées à Redon en 2017 et Fougères en 2018 à l’occasion de l’étape du Tour de France.

Une cinquantaine de panneaux de prévention « La Route se Partage » seront installés en bord de route départementale.
 

 

La sécurisation des déplacements doux : une priorité départementale

« La route se partage » fait partie des onze actions du plan vélo voté par l’Assemblée départementale en novembre 2017. Pour le Département d’Ille-et-Vilaine, pionnier en matière d’action de sensibilisation à la sécurité routière, la sécurité des déplacements doux est une préoccupation majeure. Dès 2007, le Département a engagé une politique cyclable notamment à travers la création d’un maillage d’itinéraires cyclables à vocation touristique et de loisir. L’évolution de cette politique s’inscrit dans une logique de développement durable permettant de faire connaître aux usagers les aménagements ou itinéraires déjà réalisés par le Département, d’encourager la pratique cyclable, et de l’identifier comme moyen de déplacement, d’insertion ou encore de santé.
 

Roger Morazin, conseiller départemental délégué aux déplacements doux, aux liaisons cyclistes et à l’éducation à l’environnement et les clubs cyclistes d’Argentré-du-Plessis et de Balazé participaient également à l’événement.


 

L’accidentologie des cyclistes

L’accidentologie des cyclistes avec 29 tués de 2012 à 2018 sur tout le département, dont 10 rien qu’en 2016 (19 % des tués sur la route cette année-là), prouve la trop grande vulnérabilité des cyclistes.

Depuis 2017, le nombre d’accidents mortels est redescendu à 4 en 2017 et à 4 en 2018.